Je suis un patient

La déclaration

Depuis mars 2017, le portail de signalement des évènements indésirables sanitaires indésirables est à disposition de toute personne et de tout professionnel de santé qui souhaite effectuer une déclaration par voie électronique. Il est directement accessible par le lien signalement-sante.gouv.fr Ce portail permet de signaler plusieurs types d’évènements indésirables, dont les effets indésirables médicamenteux qu’ils soient avérés ou simplement suspectés.

Voici quelques indications pour bien remplir votre déclaration de pharmacovigilance 

  • Avant tout, rassemblez tous les documents médicaux en relation avec l’effet indésirable que vous allez déclarer (ordonnances, comptes rendus médicaux, résultats de laboratoire, etc).
  • Rendez-vous sur le portail 
  • Cocher la case « Médicament ou vaccin »
  • L’écran suivant vous apporte des indications qui pourront varier en fonction de l’actualité.
  • Vous pouvez également choisir à cette étape si l’effet indésirable est en relation avec une situation de dépendance ou d’addiction à un médicament, ou si le/les médicament(s) sont utilisés pour obtenir des effets euphorisants, calmants, stimulants, excitants, hallucinogènes.
  • Ensuite, le formulaire est à remplir soigneusement, c’est-à-dire en apportant des réponses les plus précises possibles. Toutes les cases qui ont un astérisque rouge sont obligatoires. Ce sont les éléments indispensables pour que nous puissions analyser votre déclaration.
  • La partie « description de l’effet » est extensible et s’allongera au fur et à mesure de votre récit. Cette partie est importante car, en plus des éléments indispensables que vous aurez renseignés (dates, nom du/des médicament(s),  motif de l’utilisation…), votre description nous aidera à bien comprendre chronologiquement ce qui vous est arrivé. Par exemple : le 17/02/2018, j’ai eu des maux de tête, puis à midi ma tension était augmentée à 18/10 et j’ai constaté une éruption sur tout le corps, avec des démangeaisons. Le soir même, j’ai consulté mon médecin qui a aussitôt arrêté le médicament X  et en 3 jours, ma tension était redevenue normale et l’éruption avait disparu en 2 jours. Le médecin m’a prescrit un médicament contre l’allergie. Je dois bientôt aller faire un bilan chez un allergologue.

Tous les renseignements que vous nous apporterez nous aideront à analyser au mieux votre déclaration et à la valoriser en cas d’émergence d’un signal. Si vous rencontrez des difficultés, des annotations sont disponibles dans le formulaire. Vous pouvez aussi contacter votre CRPV qui vous aidera à remplir la déclaration.

 

Liens utiles

Dernières actualités et fiches pratiques

Je prends un anticoagulant oral, quels sont les risques ?

Les anticoagulants oraux sont utilisés dans le traitement et la prévention des thromboses  (caillots de sang dans les veines ou les artères). Les principales maladies traitées ou prévenues par les anticoagulants sont les phlébites, les embolies pulmonaires ainsi que les accidents vasculaires cérébraux chez les patients avec un cœur irrégulier (fibrillation auriculaire). En France, les

Lire la suite »

Hypersensibilité médicamenteuse : allergique ou non allergique ?

On désigne par « hypersensibilité médicamenteuse » l’ensemble des réactions cutanées ou générales (dites « systémiques ») qui se produisent lors de la prise d’un médicament et qui ressemblent à de l’allergie, qu’elles soient réellement de mécanisme allergique, c’est-à-dire immunologique (impliquant le système immunitaire), ou non. L’hypersensibilité peut donc être allergique ou non. Par ailleurs, les réactions d’hypersensibilité, quel que

Lire la suite »

Point LEVOTHYROX (mise à jour Juin 2019)

Publication du rapport final de l’analyse de pharmacoépidémiologie Accès au rapport complet Comité de suivi des médicaments à base de lévothyroxine : Présentation des résultats de l’étude de pharmaco-épidémiologie Le comité de suivi s’est réuni le 21/12/2018 en présence des représentants des associations de patients, des professionnels de santé, de la Direction Générale de la Santé

Lire la suite »

Acétate de cyprotérone et méningiome

Acétate de cyprotérone (Androcur et ses génériques) et risque de méningiome : publication du rapport complet de l’étude de pharmaco-épidémiologie – Point d’information ANSM du 9/07/2019 Pour rappel… L’acétate de cyprotérone (AC) est un progestatif qui possède une forte activité antigonadotrope et antiandrogénique. Ses indications pour le dosage à 50 mg sont : Les hirsutismes

Lire la suite »

Médicaments et calcium

Le calcium (Ca2+) est un ion présent en majorité dans les os, mais aussi dans le sang, tout comme le sodium (Na+), le potassium (K+), ou encore les chlorures (Cl–). Le rôle du calcium est important car il intervient dans la solidité des os, leur croissance pour les enfants et prévient l’ostéoporose (fragilisation des os)

Lire la suite »

Médicaments et photosensibilité

Article proposé par les CRPV d’Angers et de Nantes dans VIGINEWS_juin 2018_numéro 2 La photosensibilité cutanée se définit comme l’ensemble des phénomènes pathologiques liés à l’interaction d’une substance photosensibilisante présente dans la peau avec un rayonnement de longueur d’onde efficace (U.V.A, U.V.B ou visible). La photosensibilité est responsable cliniquement de photodermatoses (maladies cutanées pour lesquelles il

Lire la suite »

Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) et risque infectieux

Article rédigé par le CRPV de Dijon, paru dans « Les échos de Pharmacovigilance », bulletin de l’interregion Est-n° 19 En 2002, une première enquête de pharmacovigilance avait été réalisée par les Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) de Tours et Angers sur le risque d’infection de la peau et des tissus mous associé aux AINS en pédiatrie

Lire la suite »

Vaccination des sujets immunodéprimés

L’immunodépression se caractérise par un état dans lequel la personne présente un affaiblissement de ses défenses immunitaires. Cette incapacité de l’organisme à se défendre contre les agressions extérieures (virus, bactéries, champignons…) peut être consécutive à deux situations : Un défaut des cellules du système immunitaire présent depuis la naissance (déficit immunitaire primitif ou congénital. Un

Lire la suite »

Point sur l’allergie aux pénicillines

Environ 10 % de la population serait étiquetée « allergique aux pénicillines » et parfois à tort car l’allergie vraie est rare !  Il est donc important de différencier  les vraies réactions « allergiques » et les effets indésirables non allergiques des pénicillines (ou intolérance aux pénicillines). Les pénicillines constituent une famille d’antibiotiques comportant de nombreux médicaments, comme l’amoxicilline (Clamoxyl®

Lire la suite »
Retour haut de page