Les céphalosporines, des effets indésirables neurologiques mais aussi psychiatriques !

Article extrait du bulletin interactif Nice Marseille n°28

Les céphalosporines sont des antibiotiques appartenant à la famille des β-lactamines, famille la plus prescrite en Europe. Leur profil de tolérance est globalement favorable.

Néanmoins, il existe des effets indésirables  neurologiques pouvant être à l’origine de complications graves. La physiopathologie d’apparition de ces évènements neurologiques n’est pas encore totalement élucidée : diminution du neurotransmetteur inhibiteur GABA via une inhibition concentration dépendante au niveau des sous-unités GABA-A, diminution du relargage de GABA dans les terminaisons nerveuses, relargage en endotoxines et cytokines, augmentation de l’activité glutamatergique ?

Une étude a été récemment réalisée à partir de la Base Nationale de Pharmacovigilance sur les cas graves d’effets indésirables en relation avec le système nerveux central (SNC) sur une période de 30 ans. L’objectif de cette étude  était de compléter les données de la littérature et de caractériser plus finement ces effets indésirables encore trop peu suspectés et sous notifiés des cliniciens.

Les céphalosporines impliquées étaient par ordre décroissant: céfépime, ceftriaxone, ceftazidime, céfotaxime et  céfazoline pour les spécialités administrées par voie IV, et céfuroxime pour la voie orale.

Cette étude confirme :

  • qu’un âge supérieur à 65 ans et une altération de la fonction rénale sont des facteurs de risque de présenter ce type d’effets indésirables
  • la typologie des évènements neurologiques tels que l’encéphalopathie et les convulsions.
  • la survenue d’effets indésirables psychiatriques (états confusionnels, hallucinations, agitation et psychoses).
  • que le céfépime est souvent impliqué dans ces évènements mais aussi la ceftriaxone (en ambulatoire et à  l’hôpital) avec 152 cas graves. Ce dernier élément est d’autant plus important à souligner qu’uniquement une dizaine de cas sont rapportés dans la littérature.

Une vigilance accrue des cliniciens est donc nécessaire afin d’éviter ou de repérer plus précocement ces complications.

Consulter le bulletin et lire la totalité de l’article

Retour haut de page