Quels effets indésirables des Inhibiteurs de la Pompe à Protons (IPP) ?

Article extrait du bulletin BIP-Occitanie n°4

Beaucoup d’informations ont circulé ces derniers temps sur les effets indésirables des IPP. Les opinions varient entre l’absence de vrais effets indésirables graves et des informa-tions sur des effets indésirables inquiétants. La revue  Prescrire propose dans sa livraison d’octobre (Rev Prescrire 2018, 38, 750) un bilan de ces effets indésirables de cette classe de médicaments.

Elle distingue 3 principaux types d’effets indésirables :

  • A court terme, des effets indésirables bénins et peu fréquents à type de céphalées, douleurs abdominales, constipations, diarrhées, flatulences, nausées, vomissements ne conduisant que rarement à l’arrêt du médicament.
  • Des symptômes liés au rebond d’acidité gastrique à l’arrêt, à type de régurgitations acides et brûlures digestives, véritable situation de sevrage. Cet effet indésirable est également rare.
  • Enfin, toute une série d’effets indésirables découverts relativement tardivement (ce qui rappelle l’intérêt de la pharmacovigilance même pour les vieux médicaments que l’on croit bien connaître), certains graves et invalidants. Ils sont certes peu fréquents mais vu l’importance de l’exposition à ces médicaments, ils doivent être connus de tous et recherchés :
    • Infections bactériennes, notamment digestives, dont des infections à Clostridium difficile, sources de colites pseu-do membraneuses. Ce risque infectieux s’explique par la di-minution de l’acidité gastrique.
    • Fractures osseuses, avec un risque augmenté de frac-ture de hanche, de vertèbres ou du poignet. Ici aussi, le mé-canisme implique l’augmentation du pH gastrique, source de moindre absorption du calcium. Plus rarement, des douleurs musculaires à type de myalgies ou de polymyosites ou encore des arthralgies ont été signalées. Leur mécanisme semble d’origine auto immune.
    • Malabsorption de la vitamine B 12 avec la possibilité d’anémies secondaires.
    • Hyponatrémies et hypomagnésémies, déjà évoquées par BIP, soit symptomatiques (convulsions, troubles du rythme cardiaque vomissements…), soit asymptomatiques. On peut retrouver des hypocalcémies et des hypokaliémies associées. Ces troubles ioniques semblent s’expliquer égale-ment par des modifications du pH gastrique.
    • Atteintes rénales, à type de néphrites interstitielles et autres atteintes immunologiques. Le mécanisme semble im-munoallergique et la néphropathie s’associe parfois à d’autres atteintes musculaires, hépatiques, hématologiques ou cutanées.
    • Le classique risque de tumeurs gastro-intestinales, évoqué dès le développement préclinique de ces médicaments chez l’animal, n’a jamais été confirmé de façon définitive chez l’homme.

Il convient, pour terminer, de rappeler que le principal effet indésirable des IPP reste, pour nous, leur mésusage et leur trop grande consommation. À titre d’exemple, la même Revue Prescrire indique qu’environ 78 millions ( !) de boîtes de « prazole » ont été prescrits et remboursés en 2017. Parmi ces 78 000 000, seul 10 % ont été des boîtes de moins de 28 unités par prise, ce qui démontre, une fois encore, la (trop) longue durée des traitements aux IPP. D’autres données indiquent que dans les hôpitaux plus d’1 malade hospitalisé sur 2 reçoit un IPP !

Lire la totalité du bulletin BIP-Occitanie n°4

Lire aussi Près de 16 millions de personnes ont eu une prescription d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) en 2015 en France – Point d’Information  où « L’ANSM rappelle qu’il est important de ne pas banaliser l’utilisation des IPP. En effet, bien que les IPP soient généralement bien tolérés à court terme, leur utilisation au long cours n’est pas sans risque. »

Retour haut de page