Gabapentinoïdes et risque d’induction de syndrome parkinsonien

Article extrait du bulletin VigipharmAmiens-Janvier 2020

Les gabapentinoïdes (gabapentine, Neurontin® et prégabaline, Lyrica®), sont indiqués dans le traitement des crises partielles d’épilepsie et dans les douleurs neuropathiques ainsi que, pour la prégabaline, dans les troubles anxieux généralisés. Nous avons évoqué dans VigipharmAmiens de mai-juin 2019 la majoration du risque suicidaire démontré pour la prégabaline dans une étude de cohorte suédoise.

Un autre effet indésirable pouvant être induit par les gabapentinoïdes est le syndrome parkinsonien. Il fait l’objet d’un petit nombre de cas cliniques dans la littérature et ne figure pas dans le RCP de ces médicaments. L’un des premiers cas cliniques publiés est amiénois (1). Il s’agissait d’une patiente âgée de 58 ans traitée par prégabaline depuis 3 ans pour des manifestations cliniques évocatrices de fibromyalgie avec des doses progressivement majorées jusqu’à 300 mg (2 fois/jour) réduites ensuite à 150 mg (2 fois/jour) en raison de la survenue de quelques secousses myocloniques et d’une prise de poids. Cliniquement, tremblements de repos, bradykinésie, faciès figé, roue dentée… L’arrêt du traitement par prégabaline permettait une amélioration très nette de la symptomatologie dès les premiers jours et sa disparition totale au bout de 4 semaines.

L’équipe du CRPV de Toulouse a réalisé une étude pharmacoépidémiologique utilisant la base de données de pharmacovigilance de l’OMS (enregistrant les notifications de plus de 130 pays), portant sur les cas de parkinsonisme rapportés chez des patients de plus de 45 ans entre 2010 et 2018 (2). Etaient exclus les cas associés à des médicaments classiquement connus pour induire des troubles parkinsoniens (antipsychotiques antagonistes dopaminergiques, flunarizine® (Sibélium®), cinnarizine (ex Sureptil®), métopimazine (Vogalène®…). Le risque de parkinsonisme sous gabapentinoïdes a été évalué en le comparant au risque chez les non-utilisateurs et chez les utilisateurs d’autres médicaments pouvant être prescrits dans les douleurs neuropathiques (la principale indication des gabapentinoïdes) à savoir l’amitriptyline (Laroxyl®…) et la duloxétine (Cymbalta®). Ont été rapportés pendant la période considérée 4870 cas de parkinsonisme avec la prégabaline et 4925 avec la gabapentine (âge moyen pour les 2 autour de 63 ans, proportion de femmes respectivement de 70 % et 68 % ). Les effets les plus fréquemment rapportés étaient des troubles de la marche et des tremblements. Les odds ratio rapportés (ROR) étaient de 2,60 et 2,43 respectivement pour la gabapentine et pour la prégabaline. L’association entre prise de gabapentinoïdes et troubles parkinsoniens comparée à celle avec prise d’amitryptiline ou de duloxétine était significative pour la prégabaline, mais ne l’était pas pour la gabapentine.

Le risque de parkinsonisme induit par les gabapentinoïdes doit être pris en considération. Il convient de savoir interrompre ces traite-ments lorsque des manifestations extrapyramidales apparaissent (et permettre leur disparition en quelques semaines). Les auteurs indiquent que l’on peut s’étonner de la mise en évidence de tels effets indésirables à distance de la mise sur le marché (effets non mis en évidence dans les essais cliniques).

C’est dire tout l’intérêt du suivi des patients dans leur condition naturelle de traitement et de la notification des effets indésirables lorsqu’ils s’avèrent pouvoir être liés à un médicament, par l’absence d’autre explication. Ainsi, le risque de parkinsonisme induit par d’autres médicaments comme le valproate ou la trimétazidine n’a été reconnu qu’à distance de leur mise sur le marché. Le mécanisme par lequel ces effets indésirables surviennent reste mal expliqué.

1- Masmoudi I, Gras-Champel V, Barbieux-Vaquez D, Masmoudi K, Syndrome parkinsonien induit par la prégabaline : à propos d’un cas Thérapie 2017 ;72 :395-6
2- Pacheco-Paez T, Montastruc F, Rousseau V, La-peyre-Mestre M, Renoux C, Montastruc JL Par-kinsonism associated with gabapentinoids drugs : a pharmacoepidemiological study Mov Dis 2019 Oct 21. Doi :10.1002/mds.27876.PMID :31633228.