Troubles du neuro-développement et exposition in utero aux anti-épileptiques

Article extrait du bulletin n°112 du CRPV Centre-Val de Loire relatant un rapport ANSM de juin 2018.

Les données disponibles suggèrent que l’exposition in utero à l’acide valproïque (VPA) est associée à divers troubles neuro-développementaux chez l’enfant notamment un déficit cognitif, des problèmes d’attention et de mémoire, des troubles du langage, des troubles du comportement ou de la sociabilité et de la communication.

Ces troubles toucheraient 30 à 40% des enfants exposés in utero et il est établi que la fréquence des différents troubles augmente avec la dose d’acide valproïque reçue par la mère pendant la grossesse. En revanche, les études disponibles ne permettaient pas d’établir si le risque diffère en fonction de la période d’exposition au VPA au cours de la grossesse et s’il existe un risque avec les autres anti-épileptiques.

Cette étude réalisée par l’ANSM sur les données du SNIIRAM a cherché à estimer le risque de troubles neuro-développementaux chez les
enfants exposés in utero à l’acide valproïque indiqué dans l’épilepsie en France et à les comparer à des enfants non exposés. Les enfants nés vivants entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2014 sans diagnostic de malformation cérébrale à la naissance et dont la mère était affiliée au régime général de l’assurance maladie ont été inclus et suivis jusqu’au 31 décembre 2016, soit au maximum jusqu’à l’âge de 5 ans. Les indicateurs de troubles neurodéveloppementaux précoces utilisés ont été des codes diagnostics utilisés lors d’une hospitalisation ou pour une prise en charge d’affection de longue durée. Ont également été étudiés le recours à un orthophoniste, un orthoptiste ou un psychiatre. Les caractéristiques sociodémographiques, des indicateurs de santé maternelle et les caractéristiques du nouveau-né ont été pris en compte pour l’ajustement.

Parmi les 1 721 000 enfants inclus, 8848 avaient été exposés à un anti-épileptique en monothérapie in utero, dont 991 à l’acide valproïque, 2813 à la lamotrigine, 1627 à la prégabaline, 1246 au clonazépam. Les enfants ont été suivis jusqu’à l’âge de 3,6 ans en moyenne. Les résultats sont en faveur d’un risque marqué de troubles neurodéveloppementaux précoces en lien avec l’exposition in utero à l’acide valproïque en cas d’épilepsie. En effet, à 3,6 ans le risque de diagnostic de troubles mentaux et du comportement est 4 à 5 fois plus élevé que chez les enfants dont la mère n’a pas reçu d’antiépileptique pendant la grossesse. En particulier, les troubles envahissants du développement, de retard mental, de troubles du développement psychologique et le recours à un orthophoniste apparaît 2 fois plus élevé et ce, même en l’absence de maladie psychiatrique maternelle.

Le risque de troubles neuro-développementaux précoces augmente avec la dose maternelle d’acide valproïque, puisqu’il est 8 à 10 fois plus élevé pour les posologies les plus importantes. Par ailleurs, les résultats suggèrent que le risque est augmenté pour les enfants exposés au cours du 2ème et/ou du 3ème trimestre, il n’apparaît pas statistiquement différent pour les enfants exposés seulement au 1er trimestre.

Pour les autres médicaments de l’épilepsie, le risque de troubles précoces du neurodéveloppement apparaît beaucoup moins marqué qu’avec l’acide valproïque. A noter cependant que, comparé aux enfants non-exposés, l’exposition à la lamotrigine apparaît associée à un risque global de diagnostic de troubles mentaux et du comportement augmenté de 1,6 fois, avec en particulier une augmentation du risque de retard mental et de troubles du développement psychologique. Cependant, cette association disparaît lorsque l’analyse est restreinte aux enfants nés de mère sans pathologie psychiatrique, suggérant que les troubles sont plutôt dus à la pathologie maternelle qu’au médicament.

L’exposition à la prégabaline apparaît associée à un risque global de diagnostic de troubles mentaux et du comportement augmenté de 1,5 fois et ce, même en l’absence de maladie psychiatrique maternelle.

L’exposition à la carbamazépine ou au phénobarbital est associée à un risque augmenté de diagnostic de certains troubles mentaux et du comportement. Cependant pour la carbamazépine, ces associations disparaissent lorsque l’analyse est restreinte aux enfants nés de mère sans maladie psychiatrique.

Cette étude de l’ANSM confirme les conséquences sur le neurodéveloppement de l’exposition in utero à l’acide valproïque, mais surtout indique que la période la plus à risque semble être les 2ème et 3ème trimestres de grossesse. Elle suggère également des effets délétères identiques avec d’autres anti-épileptiques, en particulier la prégabaline, la carbamazépine et peut être le phénobarbital.